La Transfiguration

Homélie-Messe des Familles du 8 mars 2020

C’est un évangile assez difficile qui nous est proposé aujourd’hui, pour ce 
 2e dimanche de Carême.
Difficile, parce que, assez spontanément, ce qui nous retient, c’est le côté merveilleux de la scène qui nous est proposée: Jésus, dont le visage devient brillant comme le soleil, entouré de Moïse et d’Elie, deux prophètes qui sont morts depuis longtemps…

Mais nous, on va pas trop s’intéresser au merveilleux, parce que le merveilleux, il nous éblouit: si tu reçois la lumière des phares en pleine figure, tu es obligé de fermer les yeux, parce que la lumière t’éblouit, finalement, elle te rend aveugle.
Or, il y a quelque chose à voir dans ce texte qu’on ne peut voir – ou percevoir – que si l’on se détache de la lumière éblouissante du merveilleux.

Vous avez remarqué qu’au tout début de l’évangile, il est dit ceci: « Six jours après, Jésus prit avec lui Pierre, Jacques et Jean… »

Il s’est donc passé quelque chose six jours plus tôt, et ça serait intéressant de savoir quoi, parce que ce n’est peut-être pas sans rapport avec ce qui se passe aujourd’hui, au début de cette scène évangélique…
Alors on va remonter un peu le temps, que s’est-il passé six jours plus tôt?

Eh bien je vous propose de le découvrir à travers cette petite vidéo:

Six jours plus tôt, Pierre a reconnu que Jésus était le Christ, c’est-à-dire le messie. « C’est toi, le Christ, le Fils du Dieu vivant! »
Et alors, c’est super! Pierre est le premier des Apôtres à lui dire que Jésus est le Christ!
Et Jésus lui répond: « Eh bien je te donnerai les clés du Royaume des cieux, et c’st sur toi que je bâtirai mon Église… »
Vous voyez, la super promotion… Jésus est en train de lui dire: eh bien tu seras le chef de mon Église! C’est pas mal, hein?

Mais je vais vous lire ce qui se passe tout de suite après: on est toujours dans cette journée : six jours plus tôt.

« Dès lors, Jésus se mit à montrer à ses disciples qu’il devait s’en aller à Jérusalem, et souffrir beaucoup de la part des anciens, des grands prêtres et des scribes, et être tué, et le troisième jour se relever: autrement dit: ressusciter, hein, se relever d’entre les morts… »
Donc Jésus leur dit qu’il va être arrêté, condamné, être mis à mort mais que le 3e jour il ressuscitera.

Et là, les disciples, ils comprennent rien du tout.
Parce que le messie, c’st celui qui apporte la bénédiction de Dieu, c’est celui qui apporte la vie: comment ce messie pourrait-il mourir: 


en plus Jésus est jeune, il est en pleine forme, il fait facilement ses 25 km/ jour, il faut s’accrocher pour le suivre, il fait des guérisons, les foules sont de plus en plus nombreuses à le suivre, pourquoi est-ce qu’il nous annonce qu’il va mourir? Quelle mouche l’a piqué?

Alors Pierre le prend à part: et, nous dit le texte, il se mit à le réprimander, c’est-à-dire à lui dire: ça va pas la tête? Cesse de raconter des bêtises! Et puis, si par malheur on venait pour t’arrêter, moi je m’interposerai et je te défendrai pour empêcher que cela n’arrive…

(Vous vous rappelez ce qui se passe la veille de l’arrestation de Jésus?, Pierre dit à Jésus: Moi, je donnerai ma vie pour toi…, qq heures plus tard il va le renier à trois reprises…)

Mais bon, Pierre est sûrement sincère au moment où il dit ça: il pense sans doute sincèrement qu’il est prêt à donner sa vie pour Jésus: cesse de dire des bêtises, Jésus, cela ne t’arrivera pas, tu ne vas pas mourir, je te défendrai…

Et là, vous connaissez la réponse de Jésus à Pierre: « Arrière de moi, Satan! Parce que tes pensées ne sont pas celles de Dieu mais celles des hommes! » Pierre, à qui Jésus vient de remettre les clés de l’Eglise, se voit traiter par ce même Jésus de Satan!

Vous voyez, Pierre, il a eu une super promotion, une ascension fulgurante, mais la descente l’est encore plus: il est rabaissé au niveau de Satan…

Qu’est-ce qui s’st passé?
Jésus leur a dit quelque chose, d’accord quelque chose qui ne leur a pas trop plus, en tout cas qu’ils n’ont pas bien compris, et les apôtres, Pierre en premier, refusent d’écouter: ils font la sourde oreille, ils ne veulent pas entendre ce que Jésus est en train de leur dire: à savoir qu’il va devoir monter à Jérusalem, qu’il y sera persécuté, mis à mort, et que le 3e jours il ressuscitera…

Six jours ont passé depuis cet épisode…, et on se retrouve là, sur la montagne de la Transfiguration, où le visage de Jésus est transfiguré, devient brillant comme le soleil.
Mais je vous ai dit, on ne va pas s’arrêter au merveilleux.

Il y a une voix, quelque part, qu’on entend: d’abord d’où vient-elle cette voix? Elle vient du ciel; elle vient de la nuée, mais la nuée, elle vient du ciel: c’est une manifestation de Dieu. Cette voix, que dit-elle?: « Celui-ci est mon Fils bien-aimé, en qui je trouve ma joie: écoutez-le! »

Donc c’st Dieu le Père qui parle de Jésus, son Fils: c’est une phrase en deux parties: la première partie, on l’a déjà entendue quelque part: vous vous rappelez à quel moment une voix vient du ciel et dit de Jésus: Celui-ci est mon Fils bien-aimé en qui je trouve ma joie?

==> au baptême de Jésus.
Au baptême de Jésus, ça s’arrêtait là.
Mais là, il y a un ajout, une deuxième partie: « Ecoutez-le! » « Ecoutez-le! »

Six jours plus tôt, Jésus avait annoncé sa passion, sa mort et sa résurrection, mais les disciples n’avaient pas voulu entendre: « Cela ne t’arrivera pas, on fera tout pour l’empêcher… »
Mais là, Dieu insiste: Ecoutez-le, bon Dieu! Non, pardon…, nom d’un chien. Ecoutez mon Fils: il vous dit qu’il va devoir souffrir, mourir et ressusciter, c’est le programme, c’est le plan de Dieu, mais si pour l’instant, d’accord, c’est un peu difficile à comprendre: mais moi, Dieu, je sais ce que je fais: c’est mon plan d’action pour sauver l’humanité: ne vous mettez pas en travers!

En vous mettant en travers, vous faites l’oeuvre de Satan! Vous le faites sans doute avec la meilleure intention du monde, mais vous faites l’oeuvre de Satan: comme dit le proverbe: l’enfer est pavé de bonnes intentions…

C’est le plan de Dieu que Jésus meurt sur la croix pour nous sauver, nous libérer du péché, nous libérer des liens de la mort: c’est par sa mort que nous sommes sauvés. C’est paraît pas raisonnable d’un point de vue humain, du point de vue de notre intelligence, mais la sagesse de Dieu est plus sage que notre intelligence.
Alors laissez Dieu vous sauver comme il veut vous sauver, comme il a prévu de le faire.
Nous avons 40 jours, ce temps de carême, pour accepter, pour accepter quoi, en fin de compte?
Pour accepter que j’aie tant de prix aux yeux de Dieu, qu’il veuille bien donner sa vie pour moi.
Amen.

partager cet article

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur print
Partager sur email
Retour haut de page